“Lorsque la confiance est élargie, elle engendre la responsabilité en retour. L’émulation et la pression des pairs régulent le système mieux que la hiérarchie n’aurait jamais pu le faire.” Fréderic Laloux, Reinventing Organizations (traduction perso)

 

Dieu bénisse les mauvais patrons! Les petits chefs imbus d’eux mêmes, les directeurs aux méthodes moyenâgeuses, les managers tyranniques, “les gros poissons dans des petites mares” et tous leurs semblables.

Oui oui, je sais. Venant d’un blog qui s’appelle “Les Nouveaux Leaders”, c’est plutôt paradoxal comme entrée en matière. Et pourtant quand on pousse un peu la réflexion c’est d’une logique imparable. Nous avons besoin de voir, de ressentir et de mettre en exergue les limites et les travers d’un système pour pouvoir le remettre en question et le révolutionner.

Révolution. C’est un mot bien trop utilisé à notre époque, et surtout bien mal. La faute à Steve Jobs sûrement, et à sa phrase restée célèbre : “Ceci est une révolution!”. Pourtant, je ne pense pas que le terme soit exagéré dans ce cas. Le conférencier français (assez controversé par ailleurs) Idriss Aberkane reprend les écrits de Schopenhauer en disant “Toute révolution dans l’histoire de l’humanité, qu’elle soit philosophique, politique, morale, scientifique, technique, religieuse, légale, passe forcément par trois étapes. D’abord c’est considéré comme ridicule, ensuite c’est considéré comme dangereux, et finalement c’est considéré comme évident.”

Il est important de préciser que cette évolution n’est pas forcément synchrone dans le temps et l’espace. Pour exemple le droit de vote des femmes qui nous est évident en France mais qui ne l’est pas partout dans le monde. Je rajouterais tout de même un corollaire à la citation de Schopenhauer : ceux qui restent aveugles aux révolutions – et leurs idées – suivent le chemin exactement inverse.

Quand on parle de révolution du leadership dans le monde de l’entreprise, on a souvent tendance à penser aux géants de la Silicon Valley. On s’imagine alors les bureaux de Google avec leurs salles de jeux, le village Facebook et bien d’autres encore. Bien heureusement, pas besoin de traverser l’Atlantique pour voir les résultats de cette révolution. Hallencourt en Picardie ou Saint-Herblain dans la banlieue nantaise nous en donnent des exemples bien plus parlant que leurs cousins californiens.

Je rêverais de pouvoir donner ici la méthode, la recette pour devenir ce que j’appelle un Nouveau Leader. D’autres noms ont étés utilisés : leader libérateur, animateur d’entreprise, patron qui ne veut plus être chef… Mais comme le dit l’un des pionniers français dans le domaine, Jean-François Zobrist : “En management, il n’y a pas de modèle, que des témoignages”. C’est donc ce que je vais m’efforcer de vous apporter à travers ce blog : des témoignages, les plus riches et variés possible.

Mon but : apporter ma petite pierre à l’édifice, pousser moi aussi dans le sens de cette révolution. C’est pourquoi je me lance aujourd’hui un défi : celui de partager ici dans les 12 prochains mois au moins 10 témoignages des acteurs de ces avancées, sous forme d’interviews écrite, audio ou vidéo. Au delà de ça, vous trouverez aussi sur ce blog au fil des mois d’autres ressources, d’autres éclairages pour vous aussi faire partie de cette révolution.

Alors, on se libère?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •